Quels matériaux et autorisations pour un abri de jardin DIY ?

Propriétaire de votre maison, vous envisagez l’installation d’une cabane ou d’une remise au fond du jardin pour y entreposer tondeuse, vélos et autres équipements de jardinage. Au regard des prix pratiqués dans les magasins de bricolage, il est nettement plus intéressant de concevoir votre propre abri. Comment procéder ? Quelles astuces ? Quelles sont les démarches administratives à anticiper ?

Quels matériaux pour la construction de votre abri de jardin ?

Comme le souligne https://www.deco-travaux.com, avant de vous lancer dans la construction d’un abri de jardin, vous devez impérativement déterminer quel type de matériaux vous désirez utiliser. En effet, en théorie, tout est envisageable. Vous pouvez ainsi opter pour des parpaings, voire de la pierre. Mais le coût final est relativement important et le chantier bien complexe dans pareille situation.

C’est pourquoi, il est préférable de se tourner vers le bois, tout du moins pour la structure. Le principal avantage réside dans le fait que ce matériau est relativement simple à travailler, et ce, avec du matériel de bricolage qu’il est possible de se procurer en le louant par exemple.
En ce qui concerne l’esthétique extérieur, une structure bois permet d’envisager des finitions diverses : peinture, bardage bois, clin en PVC, lame de bardage composite alvéolaire, etc.

Attention à bien respecter les règles locales en matière de coloris et de matériaux, en particulier en agglomération et dans les lotissements.

Quel toit monter sur votre cabane ?

Là encore, tout est une question de budget et de savoir-faire. Les ardoises et les tuiles offrent évidemment un rendu bien plus esthétique et plus durable qu’un bac acier par exemple. Toutefois, il faut savoir les poser.

A lire :  Lutte contre la moniliose du pommier, la maladie des pommes pourries

La solution généralement privilégiée pour un cabanon est un toit en bac acier laqué. Cette tôle pour toiture est simple à mettre en place, mais surtout, pas chère.
D’autres matériaux sont également envisageables comme la plaque bitumée ou la plaque ondulée en fibrociment. On en trouve facilement en promotion à la belle saison dans tous les magasins de bricolage (Brico Dépôt, Castorama, Leroy Merlin, etc).

Soulignons que le bac acier comme la plaque bitumée ou la tôle ondulée se déclinent dans différents coloris, notamment en gris, en rouge, façon ardoise ou imitation tuile. En effet, bien souvent, vous êtes tenu de respecter les dispositions figurant au PLU (Plan Local d’Urbanisme) et au PLUi (Plan Local d’Urbanisme intercommunal). Ces derniers définissent notamment les couleurs des toitures. Au Nord de la Loire, c’est généralement couleur ardoise, au sud, couleur tuile rouge.

Enfin, vous pouvez également utiliser de la plaque polycarbonate alvéolaire ou cellulaire pour un toit transparent ou translucide. Pratique pour baigner votre abri de jardin de lumière naturelle, par exemple pour l’utiliser comme serre ou comme atelier de bricolage.

Déclaration préalable de travaux et taxe d’aménagement

La déclaration en mairie des travaux que vous envisagez n’est pas obligatoire si la surface intérieure au sol est supérieure à 1 m² si vous n’êtes pas dans une zone protégée ou classée. Dans ce cas, vous n’avez strictement aucune démarche à effectuer en mairie. Vous n’êtes pas non plus assujetti à la taxe d’aménagement, la fameuse « taxe abri de jardin ».

Si votre projet de cabanon est compris entre 1 m² et 5 m² de surface intérieure au sol et que le PLU et le PLUI vous le permettent, vous n’avez là encore aucune démarche administrative à effectuer. Attention toutefois, la hauteur de la construction est limitée à 12 mètres. Jusqu’à 4,99 m², vous n’êtes pas soumis à la taxe d’aménagement.

A lire :  Lutte contre la moniliose du pommier, la maladie des pommes pourries

En revanche, au delà de 5 m² et jusqu’à 20 m², une déclaration préalable de travaux est obligatoirement à effectuer en mairie. Vous devrez par ailleurs vous acquitter de la taxe abri de jardin dont le coût est revu annuellement ces dernières années.

Au-delà de 20 m², un permis de construire est impératif.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.