Quels sont les spécialités gastronomiques et plats typiques de Montpellier ?

Au bord de la mer Méditerranée, les spécialités culinaires de Montpellier puisent leurs racines dans une tradition millénaire d’accueil et de partage. Quels plats, desserts et douceurs typiques déguster de passage à de Montpellier ?

La tielle sétoise, spécialité de la cuisine traditionnelle montpelliéraine

Pour beaucoup, Montpellier rime avec place de la Comédie, Écusson (centre historique), vie nocturne animée ou encore plages sublimes (Plage du pilou, du Grand Travers, etc). Sans la tielle sétoise, le tableau n’est pas complet.

En effet, la tielle sétoise est probablement la spécialité culinaire la plus représentative de la cuisine traditionnelle montpelliéraine. Il s’agit d’une tourte farcie au poulpe, au calamar et à la tomate, le tout relevé avec de l’huile d’olive, des olives noires ou encore du thym.

Ce plat emblématique ne serait toutefois pas né à Montpellier. On raconte qu’il viendrait d’Italie et qu’il aurait été apporté par des pêcheurs.

Clapas, une spécialité gourmande avec du chocolat de caractère

Quand on parle de spécialités gastronomiques, on fait souvent référence à des plats traditionnels. Les chocolats Clapas font figure d’exception. La recette de cette spécialité culinaire de Montpellier a en effet été mise au point en 2003.

En occitan, le mot “clapas” fait référence à la roche. Il s’agit bien évidemment d’un clin d’œil à la colline rocheuse sur laquelle la ville de Montpellier a été fondée à la fin du Xe siècle. Toutefois, la comparaison s’arrête là. Les chocolats Clapas sont une savoureuse spécialité à base de brisures de riz soufflé, de crème de touron, de praline et de chocolat. Une douceur à partager ou à offrir !

A lire :  5 conseils pour mieux faire ses courses en ligne

La fougasse aux fritons, un délice issu de la tradition campagnarde

La fougasse a des origines provençales. Toutefois, la la fougasse aux fritons est indéniablement une spécialité du Languedoc Roussillon, et plus précisément de Montpellier.

Traditionnellement, on utilise le saindoux à la campagne. Sa fabrication nécessite de séparer la graisse et les effondrilles du lard, des petits résidus de viande. On les appelle également graisserons, grattons ou fritons. Pour ne pas gâcher de la nourriture, il était de coutume de manger ses grattons en les mêlant à une pâte à pain salée et frottée au saindoux.

Cette tradition se perpétue. Les restaurants, les boulangeries et certaines boucheries montpelliéraines proposent de la fougasse aux fritons. Les ingrédients de la recette ont évolué et sont plus “nobles” : pâte à pain salée, beurre ou margarine, lardons ou morceaux de porc et épices.

La brasucade de moules de l’étang de Thau

De par sa situation au bord de la Méditerranée, la cuisine montpelliéraine est influencée par son terroir et par la mer. Impossible de parler des plats typiques de la région de Montpellier sans parler de l’un des plus fameux, la brasucade de moules.

La brasucade de moules est un plat de moules de l’étang de Thau préparées dans une grande poêle à paëlla. Si chaque restaurant à sa propre recette, ces moules sont cuites sur un feu de sarments ou de ceps de vignes.

A lire :  Quelle différence entre chipolata et saucisse ?

Un délice à déguster en bord de mer pendant l’été pour un moment convivial entre amis.

La chichoumeille, la ratatouille revisitée du Languedoc

Comme la ratatouille ou la bohémienne d’aubergine en Provence, la chichoumeille est un plat typique du Languedoc à base de légumes.

Egalement appelée chichoumé ou chichomèia, cette préparation culinaire est faite à partir d’ingrédients qui fleurent bon le Sud de la France : des aubergines, des tomates, de l’ail, des oignons, de l’huile d’olive et de thym.

Traditionnellement consommée dans le vignoble tout proche, la chichoumeille est une spécialité estivale qui s’apprécie entre amis en terrasse.

Les oreillettes, le dessert synonyme de convivialité

Autre spécialité sucrée typique de la région, les oreillettes. Traditionnellement, ce dessert croquant se déguste au sortir de l’hiver, pendant le carnaval et lors des événements festifs. Faites de beurre, de farine, de fleur d’oranger et de sucre, les oreillettes sont plongées dans de l’huile de friture avant d’être saupoudrées de sucre glace.

Quand on est gourmand, les oreillettes sont la douceur que l’on peut savourer et partager en famille ou entre amis, juste pour le plaisir.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.