Litière, poulailler, quels sont les indispensables pour prendre des poules ?

Vous avez un petit coin de jardin et vous aimeriez y installer quelques poules ? C’est d’autant plus facile que ces animaux sont peu exigeants. Toutefois, avant de se lancer, mieux vaut savoir de quoi vous allez probablement avoir besoin.

Poulailler, litière, tout ce qu’il faut savoir pour débuter

Si c’est votre première expérience avec des poules, il est préférable de ne pas craquer pour des poussins. Certes, ceux qui sont proposés dans les jardineries notamment sont mignons, mais également fragiles. Il est donc recommandé d’opter pour un sujet adulte, quitte par la suite à faire l’acquisition d’une couveuse et d’une lampe à poussin.

Quel poulailler choisir ?

Le choix de votre futur poulailler dépend de deux critères:

  1. la place dont vous disposez au sol ;
  2. le nombre de poules que vous prévoyez de prendre.

Concernant ce dernier point, il est bon de rappeler qu’il ne faut jamais en adopter qu’une seule, faute de quoi elle pourrait dépérir d’ennui. Vous savez donc maintenant que vous devez en prendre au moins deux.

A partir de là, vous pouvez déterminer quel poulailler vous conviendrait le mieux. Vous pouvez en acheter un tout fait en jardinerie, mais attendez-vous à des prix assez prohibitifs. En revanche, ils présentent bien souvent l’avantage d’être pensés pour les petits espaces et les jardins de ville.
Vous pouvez également en fabriquer un vous-même pour beaucoup moins cher, voire en utilisant des matériaux de récupération pour réduire votre impact environnemental.

A lire :  Comment choisir sa couveuse pour oeufs de poule ?

Dans les deux cas, veillez à ce que vos poules aient suffisamment d’espace et un abri pour se protéger de la pluie.

L’importance du choix de la litière

La litière sert à pailler le sol du poulailler en lui-même, c’est-à-dire le lieu où elles dorment et où elles pondent. Votre litière doit donc impérativement remplir un certain nombre de propriétés :

  • douce pour vos animaux, mais également pour vous car vous allez être amené à le manipuler. De fait, mieux faut éviter la paille qui est peu confortable. Préférez-lui du foin ou mieux, du miscanthus ;
  • pouvoir absorbant important : la litière doit pouvoir absorber toutes les déjections de vos galinettes, en particulier en hiver. Sans cela, vous serez obligé de les changer plusieurs fois par semaine. De quoi transformer un plaisir en corvée. L’une des meilleures litières qui soit est le miscanthus qui, à en croire MonJardinBio, est trois fois plus absorbant que le foin.

Quels sont les soins que vous devrez avoir sous la main ?

Outre la litière et l’alimentation, il vous faudra de temps à autre utiliser de la terre de diatomée et un vermifuge naturel.

Qu’est-ce que la terre de diatomée ?

Vos volailles vivant en extérieur, elles seront immanquablement en contact avec certains parasites dont des poux. Ceux-ci ne représentent pas une menace pour les humains car ce ne sont pas les mêmes que ceux que vos enfants ramènent parfois de l’école.

Toutefois, il faut tout de même leur reconnaître un point commun. Ils sont particulièrement difficile à éradiquer. C’est d’autant plus compliqué dans ce cas car pas question d’utiliser des produits chimiques. Dans le cas contraire, vous ne pourriez plus consommer les œufs.

A lire :  Ces redoutables maladies transmises par les moustiques en France

La solution bio et naturelle, c’est la terre de diatomée. Sa composition est unique au monde puisqu’elle est faite de minuscules fossiles particulièrement coupants. Réduite à l’état de poudre, elle griffe la carapace des poux rouges s’y aventurant. Fragilisés, ceux-ci finissent par mourir.

Traitement bio naturel pour poules : terre de diatomée

La terre de diatomée doit être saupoudrée sur le sol avant même de poser la litière. Pour effectuer cette opération, il est important de s’équiper d’un masque et de gants.

Pourquoi utiliser un vermifuge spécial volaille ?

Les poux rouges ne sont pas les seuls parasites des poules. Elles peuvent également être infectées par des vers, notamment des vers de jabot (capillariose). Là encore, cela ne présente aucun risque pour l’homme. En revanche, cela nuit à votre poule qui finit par ne plus pondre, voire ne plus manger.

Pour éviter une telle situation, il est essentiel d’utiliser en préventif un vermifuge, idéalement tous les deux mois. Là encore, si vous utilisez ceux qui sont formulés par de grands laboratoires pharmaceutiques, vous pourrez être sûr du résultat. Toutefois, interdiction formelle de consommer les œufs pendant 5 semaines.

La solution dans ce cas, ce sont les alternatives bio et naturelles. Celles-ci ne renferment aucun produit chimique. Généralement, on trouve dans leur composition de la terre de diatomée, de l’ail ou encore du thym. Outre une efficacité démontrée, vous pourrez consommer les œufs frais de vos poules pendant le traitement.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.