Les trucs pour choisir une bonne viande en supermarché

A moins d’un œil avisé, quelle différence pour le consommateur entre deux pièces de viande, l’une en provenance d’un boucher, l’autre d’une grande surface ? Si ce n’est le prix ou l’étiquette, bien évidemment.

La grande distribution compte-t-elle là-dessus pour vendre des pièces qui sont loin d’émoustiller nos sens (et pas seulement nos papilles !) ? La qualité des morceaux proposés en boucherie traditionnelle est-elle toujours supérieure à celle de la grande distribution ?

Qu’est-ce qui fait une bonne viande ?

Bien évidemment, vous vous attendez à ce que vous soient révélés ces petits trucs qui permettent de trouver une bonne viande dans le supermarché de votre secteur. La mauvaise nouvelle, c’est que mettre la main sur un morceau qui soit un régal en grande surface est absolument impossible, en raison de la manière même dont sont élevés les animaux.

Prenons le cas par exemple des veaux. Dans une exploitation agricole respectueuse du bien-être de chaque animal, les bêtes peuvent pâturer à la belle saison et profiter de suffisamment d’espace l’hiver. Bref, moins de stress et une alimentation la plus saine possible, deux éléments clefs qui permettent à la vache de nourrir son petit avec du lait naturellement bon. La viande alors ne s’en trouve que meilleure et persillée.

Trucs et astuces pour bien choisir sa viande

A l’extrême, si l’on prend l’exemple de la ferme des mille vaches (http://www.consoglobe.com/ferme-des-1000-vaches-construction-cg) dans laquelle les animaux ne sortent jamais ou encore de ces ruminants nourris avec des bonbons et des barres chocolatées aux Etats-Unis (http://www.bio-blog.com/290-vaches-bonbon), on n’est totalement à l’opposé d’une nourriture naturelle.

Pire, dans le cas de la ferme des milles vaches, les veaux sont considérés comme des sous-produits, l’essentiel de la production se concentrant sur le lait et le bio-méthane.

C’est d’ailleurs ce qu’explique la boucherie Cotealos sur son site puisque cet artisan belge, contrairement à bon nombre de ses confrères, n’a pas choisi la solution de la facilité en optant pour l’approvisionnement habituel (proche de celui de la grande distribution) mais bien un engagement qualité et équitable avec l’éleveur. En effet, sans cela, impossible de connaître l’historique de chaque bête, de savoir si elle a bien été traitée et si elle a pu bénéficier d’une nourriture naturelle et saine.

En clair, ce n’est dans les grandes surfaces que vous trouverez de belles pièces de viande, de celles qui sont alléchantes à l’oeil, qui flattent vos narines lors de la cuisson et qui font frétiller vos papilles.

Comme il y a quelques décennies, il est donc préférable d’en consommer deux fois moins mais de prendre dix fois plus de plaisir en allant s’approvisionner directement chez l’éleveur, en se rendant chez un véritable artisan boucher ou en achetant de la viande d’exception sur des sites comme celui de l’artisan précédemment cité.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.