Les smartphones portés trop près du corps représentent-ils un danger ?

À en croire l”Anses, les ondes émises par les smartphones représentent un danger pour la santé lorsque ceux-ci sont portés trop près du corps. Une menace d’autant plus réelle que certains téléphones portables ne respectent pas les normes en vigueur.

Des téléphones portables non conformes qui émettent trop d’ondes

Ce n’est un secret pour personne, les téléphones portables émettent des ondes électromagnétiques. Mais sont-elles dangereuses pour la santé ?
À en croire le rapport publié par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), ils peuvent effectivement représenter un danger. Selon les conclusions de cet organisme, de nombreux de téléphones portables commercialisés avant 2016 devraient au moins mis être mis à jour, si ce n’est, ne plus être utilisés.

La raison ? La quantité d’eau chaude émise par ces appareils dépasse largement les normes actuellement en vigueur. Ils pourraient même représenter un danger pour la santé des utilisateurs dès lors qu’ils sont portés près du corps, c’est-à-dire dans la poche d’un jeans ou d’une veste.

Malgré ce rapport relativement alarmiste, l’Agence nationale de sécurité sanitaire n’a pas souhaité communiquer le nom des modèles incriminés, ce que l’on ne peut évidemment regretter.

Pourquoi ne s’est-on pas aperçu auparavant de ce problème sanitaire ?

Le débit d’absorption spécifique (DAS) est un indice de la puissance des ondes électromagnétiques émises par un smartphone lorsque celui-ci fonctionne à pleine puissance.
Les normes en vigueur en France et en Europe sont très précises en ce qui concerne la valeur du DAS à me pas dépasser. Celle-ci doit être inférieur à 2 W/ kg. Il est donc impossible en France de commercialiser un téléphone portable dont le DAS est supérieur à cette valeur.

Evolution de la réglementation pour protéger les utilisateurs

Que ce soit Huawei, Motorola, Apple ou encore Samsung, tous les fabricants respectent cette réglementation à la lettre. En revanche, ce qui a changé, c’est la façon dont est mesurée la valeur du DAS.

Jusqu’en avril 2016, les laboratoires respectaient un éloignement de 2.5 cm du corps, comme précisé dans la réglementation en vigueur. Toutefois, force est de constater que cette mesure ne reflétait en rien la réalité. En effet, nous portons en permanence nos téléphones portables sur nous, que ce soit à moto pour s’en servir comme GPS, dans la poche de notre blouson ou dans celles de notre jeans.
Dans les faits, cet appareil se trouve bien souvent très près de notre corps, à quelques millimètres seulement.

Pour coller avec la réalité de l’usage que nous faisons de nos téléphones, la réglementation a évolué. La quantification des ondes électromagnétiques ne se fait plus à 2.5 cm du tronc, mais seulement à 5 millimètres. Résultat, de nombreux smartphones qui respectaient jusque là la réglementation se retrouvent au-delà du seuil autorisé.

Votre smartphone est-il dangereux ?

Votre téléphone portable met-il en danger votre santé ? Vous ne connaîtrez pas la réponse à cette question puisque l’Anses n’a pas souhaité dévoilé les modèles incriminés. Cet organisme s’est simplement contenté de s’alarmer sur le fait que l’utilisation moyenne d’un tel appareil est comprise entre trois et cinq ans.

L’agence préconise donc un retrait de ces appareils ou, au moins, une mise à jour pour réduire les émissions. Mais à partir du moment où les modèles incriminés ne sont pas connus du grand public, dans quelle mesure Samsung ou n’importe quel autre fabricant vont-il se sentir obligés de faire le nécessaire, ne serait-ce que pour préserver leur image de marque ?

Pour votre santé, mieux vaut donc éloigner autant que possible votre smartphone, ne serait-ce quen utilisant des écouteurs ou en évitant de le poser sur la table de chevet.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.