En France, l’invasion du moustique tigre se poursuit

Il ne se passe pas une semaine sans qu’un journal ne publie un article sur ce petit insecte. Loin de banaliser sa présence en France métropolitaine, des journalistes alertent les populations sur l’invasion du moustique tigre qui touche le territoire.

En 15 ans, cet insecte à pris possession de la moitié de l’Hexagone ! Et sa présence inquiète les spécialistes, car le moustique tigre ne se contente pas de provoquer des démangeaisons. Il est aussi vecteur de plusieurs maladies virales.

Qui est le moustique tigre ?

Le moustique tigre est originaire d’Asie du sud-est. Il a traversé les continents et les mers en profitant des transports de marchandises.
C’est en 2004 près de Nice, qu’on le capture pour la première fois en France métropolitaine. Cette espèce tropicale s’est parfaitement adaptée au climat méditerranéen. Mais le moustique tigre n’en est pas resté là. Il a poursuivi sa colonisation vers le nord sans craindre ses hivers prononcés. Et il franchit les portes de Paris en 2019.

Cette même année, on le retrouve aussi en plusieurs endroits de Belgique, de Suisse et du sud de l’Allemagne. Les autoroutes constituent ses axes de circulation habituels. Car de petite taille, il n’a aucun mal à embarquer comme passager clandestin dans les voitures et les camions.
S’il vole en moyenne à 2 kilomètres par heure, il peut en empruntant un transport se retrouver en quelques heures dans une toute autre région. Et peut-être y implanter une nouvelle population.

 

Comment identifier le moustique tigre ?

Il n’est pas toujours facile d’identifier un moustique lorsque celui-ci est en train de voler. Surtout lorsqu’il s’agit d’un petit insecte de 5 millimètres. Mais contrairement à la plupart des espèces qui sont nocturnes, le moustique tigre est actif durant la journée. Observez autour de vous, il n’est peut-être pas loin.

Le moustique tigre aurait dû s’appeler moustique zèbre ! Tout du moins si l’on se base sur sa livrée caractéristique noire parsemée de points ou de lignes blanches. Ses ailes sont également sombres, alors qu’elles sont translucides chez les autres espèces françaises. Il garde toutefois un caractère de fauve lorsqu’il s’agit de passer à l’attaque. Il n’hésitera pas à renouveler ses assauts jusqu’à s’être totalement gorgé de sang.

Comme chez tous les moustiques c’est la femelle qui se nourrit de sang. Mais le moustique tigre a une nette préférence pour le sang humain. Mais on sait qu’en son absence il peut survivre en se gorgeant du sang d’oiseaux ou même de reptiles. On l’a vu observer sur l’île de la Réunion ponctionner du sang sur des caméléons !

Les piqûres du moustique sont généralement indolores. Mais les piqûres infligées par cette espèce se font souvent ressentir. Si elle n’a pas été remarquée et écrasée, la femelle moustique met environ 3 minutes pour faire le plein de sang. Puis elle décolle et part à la recherche d’un endroit protégé pour digérer son repas.

Comment transmet-il des maladies ?

Le moustique tigre né sain. Il ne peut pas contaminer un hôte sans avoir été au préalable infecté par un virus. En effet, les virus comme le chikungunya, la dengue ou Zika sont également responsables d’une infection chez le moustique. Mais les moustiques n’en sont pas malades.

Ces virus sont capables de survivre à la digestion du sang. Puis de passer dans son organisme puis se multiplier dans ses glandes salivaires. C’est donc la salive du moustique qui permet de transmettre les virus et non pas comme la légende populaire le fait croire une injection du sang d’un précédent hôte.

Pour être vecteur, il faut donc que le moustique pique une personne malade puis qu’il incube le virus. Après quelques jours le moustique est apte à inoculer l’agent pathogène à une autre personne. C’est comme cela que les virus propagent des maladies, jusqu’à déclencher de véritables épidémies.

On pourrait alors s’inquiéter ce potentiel à propager des maladies virales au sein de la population humaine. Serait-il capable de transmettre le HIV ou le virus de la grippe ?
Il n’en ai rien. Si certains virus sont capables d’utiliser le moustique comme vecteur c’est la conséquence de milliers d’année de co-évolution. En d’autres mots, un moustique n’est pas « apte » à transmettre le virus du HIV ou celui de la grippe.

Où rencontre t-on cet insecte ?

Après avoir piqué son hôte et digéré son sang, la femelle moustique tigre part à la recherche d’un point d’eau pour y pondre ses oeufs.

Comment éviter les moustiques tigres dans son jardin ?

Les moustiques tigres affectionnent surtout les petits volumes d’eau stagnante.
Ainsi, des gouttières mal entretenues, des soucoupes placées sous les pots de fleurs et autres petits récipients capables de collecter de l’eau de pluie ou d’arrosage font de bons gîtes larvaires.

Cet insecte se déplace par ailleurs peu durant sa vie adulte. Tout au plus à une centaine de mètres du lieu qui l’a vu naître. Si vous êtes dérangé par cet insecte, il est fort probable que la pouponnière soit à proximité. Une inspection minutieuse de votre jardin ou de votre balcon doit être faite
Si vous disposez d’un aquarium dont la filtration est peu efficace – et habité de poissons non intéressés par les insectes – il est possible qu’il serve d’abri aux larves. Expérience vécue !

Pourquoi sa présence en France est-elle préoccupante ?

Comme dit plus haut, le moustique tigre est vecteur de nombreuses maladies virales. Il est capable d’en propager une trentaine. Actuellement en France métropolitaine il est vecteur de trois d’entre elles :

  • le chikungunya
  • la dengue
  • le virus Zika

La plupart des cas autochtones de ces maladies ont lieu dans le sud-est de la France. Là où le moustique tigre est fortement implanté et actif. Mais la progression de cet insecte vers d’autres régions laisse craindre que ces maladies ne touchent d’autres populations humaines. Les autorités sanitaires surveillent de prêt les nouveaux cas de maladie.

Toutefois la prévention reste l’affaire de tous. Et l’on pourrait ajouter qu’il s’agit d’une action citoyenne. Car se protéger soi-même c’est protéger toutes les personnes qui nous entourent.

Pour en apprendre davantage sur le moustique tigre et sa progression dans l’hexagone consultez le site nuit sans moustique :

https://nuitsansmoustique.fr/moustique-piqures/les-moustiques-en-france/moustique-tigre/

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.